Annonce de séminaire

Deux séances du séminaire du TIGRE, « Mythes et illustration », organisé par Evanghelia Stead, professeure de Littérature Comparée à l’université de Versailles Saint-Quentin, seront consacrées à Homère, en février 2024.

 Lieu et horaires : le séminaire se tient le vendredi après-midi, 16h-19h. Il se déroule en mode hybride : en présence, à IECI, Université Versailles Saint-Quentin, Paris-Saclay, 45, bd Vauban, 78280 Guyancourt, salle 526 ; et en parallèle en ligne via Zoom (lien de visio-conférence à solliciter)

Responsable : Evanghelia Stead

evanghelia.stead@uvsq.fr

 9 février 2024, 16h-19h, Mythe et Illustration à la Renaissance

Christiane Deloince-Louette (MCF Littérature française du XVIe siècle, Université de Grenoble, UMR 5316-Litt&Arts), « Illustrer Homère à la Renaissance : décors et objets au défi du texte »

Catherine Vermorel (Histoire de l’art, Chercheure associée au LARHRA, UMR 5190), « Les cycles homériques dans les palais de la Renaissance au XVIe siècle (France, Italie) »

16 février 2024, 16h-19h, Traduire la mythologie par l’image au trait (fin XVIIIe-début XIXe siècles)

Agathe Salha (MCF Littérature comparée, Université Grenoble Alpes, UMR Litt&Arts), « Entre rêve et matière, les dessins au trait de John Flaxman sur l’Iliade et l’Odyssée d’Homère »

Elise Lehoux (MCF Gestion des données et bibliothéconomie, Université d’Angers, TEMOS), « Graver au trait la mythologie autour de 1800 : les Galeries illustrées d’A. Hirt et d’A. L. Millin »

William P. Weaver, Homer in Wittemberg. Rhetoric, Scholarschip, Prayer, Oxford University Press, 2022, 228 p.

Si l’on connaît bien les innovations pédagogiques du « précepteur de la Germanie » que fut Philipp Melanchthon, on sait moins le rôle qu’a tenu Homère dans l’enseignement théorique et pratique du réformateur, et ce, dès son arrivée à Wittenberg en 1518. C’est le mérite de l’ouvrage de William P. Weaver que d’explorer ce rôle en profondeur à travers un corpus cohérent qui s’étend sur une vingtaine d’années.

Ce corpus contient à la fois des sources manuscrites et des documents imprimés. Du côté manuscrit, sont répertoriés l’exemplaire utilisé par Melanchthon pour son cours sur l’Iliade, annoté de sa propre main (1518-1520), un exemplaire des livres homériques annoté par un étudiant d’après les cours donnés par Melanchthon dans les années 1523-1524, et ce que Weaver nomme les « Wittenberg scholia », à savoir un ensemble de notes prises sur des exemplaires imprimés de l’Iliade et de l’Odyssée, qu’on peut dater des années 1550 et qui correspondent vraisemblablement aux leçons que donna sur Homère Vitus Winshemius, successeur de Melanchthon à la chaire de grec de Wittemberg depuis 1541. Le corpus imprimé contient la grammaire grecque de Melanchthon (1518) ; la célèbre déclamation de 1523 De arte dicendi, souvent intitulée Éloge de l’éloquence (Encomium eloquentiae), un discours sur Homère rédigé par Melanchthon et destiné à être prononcé par Winshemius, doyen de l’université, vers 1538, ainsi que divers poèmes. On y ajoutera les manuels de rhétorique et de dialectique du pédagogue, utiles pour déchiffrer et comprendre les notes marginales de ses exemplaires d’Homère.

En effet, il ne s’agit pas, comme on pourrait le penser, de traiter ici de l’Homère de Melanchthon, mais de rendre à Homère la place fondamentale qu’il eut pour le pédagogue de l’Allemagne et pour ses étudiants et/ou successeurs à l’université de Wittenberg, à une époque où la réintroduction des études classiques, et en particulier des études grecques, s’accompagne d’une réévaluation des places respectives de la rhétorique et de la dialectique. Pour Melanchthon, la poésie homérique est un discours composé de discours et c’est bien aussi la relation entre le texte homérique et l’analyse rhétorique que le professeur développa en parallèle, y compris pour son enseignement théologique, qu’explore W. P. Weaver.

Les six chapitres du livre constituent un parcours construit, de la grammaire (chap. 1) à la théologie (chap. 6) en passant par la rhétorique (chap. 2), la dialectique (chap. 3) et la réflexion mélanchthonienne sur l’unité du poème homérique (chap. 5 et 6). La grammaire grecque que Melanchthon fait paraître en 1518 (Institutiones Graecae Grammaticae), inspirée de celle de Théodore Gaza, présente en effet l’originalité de s’appuyer sur des exemples tirés d’Homère et d’Hésiode. Rapporté à son origine prestigieuse, l’apprentissage du grec est indissolublement lié à la poésie homérique. La grammaire introduit alors à la lecture de la poésie, à sa langue, à ses discours et à son savoir, en particulier en matière de philosophie morale. Sur ce point, Melanchthon va suivre ses prédécesseurs antiques, Plutarque (De audiendis poetis), le pseudo-Plutarque (De Homero), Quintilien qui recommandait déjà l’étude des lettres grecques pour apprendre l’éloquence latine, ainsi que Strabon pour qui la poésie est le premier genre oratoire et dont on sait l’éloge qu’il fait d’Homère au livre I de sa Géographie.

La même année 1518, Melanchthon fait cours successivement sur l‘Iliade et sur l’épître de Paul à Tite. Les notes manuscrites présentes sur son exemplaire de l’édition donnée par Alde Manuce en 1504 (conservé à Cambridge), bien que très succinctes, tracent un premier itinéraire à travers le texte homérique, en orientant la lecture vers les descriptions et discours des personnages, au moyen de manicules ou de soulignements. W. P. Weaver rapproche ces marques textuelles du De rhetorica de 1519 et du genre didactique ou didascalique que le pédagogue élabore dans ces mêmes années. Le cours sur l’épître de Paul à Tite permet de repérer un lien identique entre le texte grec étudié et la mise en valeur d’un art de l’éloquence associé à la philosophie morale, à travers les portraits de personnages, en particulier celui de l’« ancien » ou « épiscope » (Tite 1.5). L’enseignement de Melanchthon s’appuie donc sur des passages textuels aisés à repérer pour les étudiants, qui illustrent et exemplifient la théorie exposée dans le premier manuel de rhétorique du pédagogue, en particulier à propos des lieux communs qu’il développera par la suite. Les cours sur Homère et sur Paul apparaissent bien comme des ateliers préparatoires au manuel de rhétorique.

Sa nomination comme recteur à la tête de l’université de Wittenberg en 1523 permet à Melanchthon la mise en place de réformes pédagogiques dont il donne l’esquisse dans son Éloge de l’éloquence, déclamation académique qui vise la prudence ou sagesse pratique. Homère y est convoqué en tant qu’il met en scène des gouvernants dont la prudence se manifeste par le discours. Pour acquérir cette prudence, il convient de lire les auteurs anciens, et de les lire de manière rhétorique, en exerçant son jugement sur les textes. Les notes prises en 1523 par Achilles Pirmin Gasser sur les cours que dispense Melanchthon sur l‘Iliade permettent d’illustrer cette pratique. S’appuyant sur les Adages d’Érasme et les Saturnales de Macrobe, le professeur précise les qualités littéraires du poème homérique (decorum, copia, varietas) et souligne l’économie (oikonomia), c’est-à-dire la disposition ou l’arrangement, des conseils et événements dans le poème. Comme Érasme, il repère chez Homère les adages, tout à la fois genres d’écrire et figures de discours, capables de condenser l’ensemble d’une philosophie morale. Les notes de Gasser montrent que les discours des personnages homériques ont été abondamment évoqués en cours, sans doute parce que la finalité de l’enseignement mélanchthonien est de former des orateurs et des pasteurs. Agamemnon est ainsi présenté au livre IV de l‘Iliade comme un prince exemplaire, non tant pour son courage que pour ses exhortations au combat qui, parce qu’elles sont adaptées à chaque interlocuteur, témoignent de la prudence du prince. Mais c’est aussi le poème entier que la lecture mélanchthonienne de l’Iliade considère comme un discours bien composé.

Le discours que rédige Melanchthon pour le cours sur Homère de Vitus Winshemius (1538), doyen de la faculté des arts et, bientôt, son successeur à la chaire de grec de Wittenberg, compare le poème homérique à la Sainte Écriture. La formule de Melanchthon, au singulier, englobe l‘Iliade et l‘Odyssée dans un même ensemble, de même que la Bible englobe à la fois l’Ancien et le Nouveau Testaments. Pour W. P. Weaver, le legs le plus important de Melanchthon à Wittenberg est cette conception de l’unité du poème homérique, une unité non thématique mais rhétorique et éthique. Une telle lecture trouve des racines dans les scholies d’Aristarque qui soulignaient déjà l’oikonomia des poèmes à travers l’usage des prolepses et analepses, mais a sans doute été favorisée par le Macrobe des Saturnales qui compare Virgile à Homère, sans toujours distinguer entre l‘Iliade et l’Odyssée. L’intérêt pour l’économie d’ensemble ainsi que pour les descriptions éthiques des personnages permet de mettre en valeur l’importance de la providence divine chez Homère, propre à suggérer un parallèle avec la Bible.

Si Melanchthon n’a pas laissé de notes marginales précises sur les poèmes homériques comme il a pu le faire pour l’Énéide, ce que W. P. Weaver propose de nommer les « scholies de Wittenberg » peut en tenir lieu et offrir ainsi une vue synoptique du type de lecture qu’on y pratiquait. Ces annotations manuscrites se lisent sur un exemplaire des deux volumes d’Homère publiés par Alde Manuce en 1517, exemplaire conservé à la Columbia University Library, con-sultable en ligne (https://archive.org/details/ldpd_7821252_003), et dont une inscription autographe montre qu’il a été offert à Luther en 1519. La page de titre comporte aussi une citation signée Vitus Winshemius, ce qui laisse à penser que ces notes, de deux mains, pourraient être issues de l’enseignement du successeur de Melanchthon à la chaire de grec de Wittenberg – l’une des deux mains pourrait être celle de Winshemius. Elles ne constituent pas un commentaire suivi mais indexent le texte d’une manière très voisine de celle pratiquée par Melanchthon sur l’Énéide dont la méthode a pu ici servir de modèle. On y retrouve en effet l’attention aux discours des personnages et à leurs gestes (actio) ainsi qu’à l’économie d’ensemble (oeconomia, dispositio) et au style du poème homérique. Dans la mesure où sont indexés à la fois les parties du poèmes (prologue, narration), les comparaisons, les lieux communs et les lieux d’argumentation, ces notes reflètent une méthode de description du texte qui est aussi une méthode d’interprétation étayée sur une conception du poème comme discours.

Le dernier chapitre d’Homer in Wittenberg nous fait passer de l’éloquence à la théologie. W. P. Weaver prête une particulière attention aux discours de prière assumés par les héros d’Homère, qu’il s’agisse de prières publiques adressées aux dieux (ainsi celles d’Agamemnon au livre IV de l’Iliade) ou de prières privées comme celle d’Achille à sa mère (Iliade, I), dans le but de montrer que l’analyse des poèmes homériques, pour Melanchthon comme pour ses successeurs, sert d’entraînement pour lire l’Écriture. C’est que les circonstances politiques et religieuses des années 1545-1546 (début du concile de Trente en 1545, fermeture de l’université en 1546 sous la pression des troupes impériales) nécessitent de conforter les chrétiens et de soutenir leur foi dans les promesses divines. D’où l’importance de la prière, qu’elle soit intérieure ou publique, qui semble devenir dans ces années troublées le « terrain d’entraînement d’une guerre spirituelle » (a training ground for spiritual warfare). Reprenant un mot de l’apôtre Paul, orthotomein, diviser correctement (2 Tim 2.15) qui renvoie originellement au sacrifice d’animaux dans l’Ancien Testament, terme dont l’importance avait déjà été soulignée par les brillantes analyses de Kees Meerhoff (Entre logique et littérature. Autour de Philippe Melanchthon, Orléans, Paradigme, 2001, en particulier chap. 4), Melanchthon lui donne un sens à la fois dialectique et théologique : diviser et distribuer correctement les parties du discours, et distinguer entre la loi et l’évangile (law and gospel). Il fait écho ainsi au parallèle dressé en 1533 entre l’étude de la dialectique et la fonction de pasteur dans la préface de ses Erotemata dialectices adressée à Johann Camerarius, le fils de son ami Joachim Camerarius, un manuel pour débutants en dialectique à destination des laïcs comme des pasteurs. Homère est à nouveau convoqué pour  les prières de ses héros dans la déclamation que Melanchthon consacre à la prière en 1544 (De dei invocatione). Les prières homériques, malgré leur théologie déficiente, sont les plus belles des prières païennes dans la mesure où elles cherchent l’aide divine dans le malheur.

On le voit, l’admiration pour le poète grec ne s’est jamais démentie chez Melanchthon et le parcours précis, chronologique et pédagogique, que propose W. P. Weaver, en témoigne de manière convaincante. Cette admiration pour le premier poète irrigue largement le monde germanique jusqu’au siècle suivant : c’est à Bâle que Jean de Sponde, autre thuriféraire d’Homère, publie en 1583 son copieux commentaire de l’Iliade et de l’Odyssée, qui doit beaucoup au genre didascalique. Et l’on sait que le commentaire au livre I de l’Iliade du professeur Martin Crusius systématise en 1594 pour ses étudiants de Tübingen la méthode analytique du «précepteur de la Germanie».

On notera in fine que cette méthode est loin d’être réservée à Homère ou à Virgile, contrairement à ce que l’ouvrage de W. P. Weaver pourrait parfois laisser entendre. Construite à partir des travaux d’Érasme et de Rodolphe Agricola, elle est appliquée par Melanchthon et ses successeurs à bien d’autres auteurs de l’Antiquité gréco-latine, Démosthène par exemple mais aussi Térence (que Melanchthon a édité dès 1516) et Cicéron. La méthode rhétorique d’explication des textes antiques que Melanchthon a élaborée, mérite encore d’autres travaux.

 

Liste des comptes rendus de Gaia et Agora établie au 28 juillet 2023

Comptesrenduspubliés-GaiaAgora280723PDF

Liste pdf permettant des recherches sur un nom d’auteur d’ouvrage, sur les mots du titre, ou le nom de l’auteur de compte rendu, avec référence au n° de Gaia ou Agora concerné. Les numéros de Gaia  se trouvent sur le portail Persée.fr, les numéros d’Agora ont tous été transposés ici même en principe, à partir de l’ancien site Agora en passant par un site transitoire, j’espère ne rien avoir oublié au cours de ce long travail. Signalez-moi les manques éventuels.

FL

 

 

Homère et la philosophie: Publication de Gaia 26

26 | 2023
Poésie archaïque et débuts de la philosophie : entre images et abstraction

Edited by Pascale Brillet-Dubois
Couverture Gaia, 26 | 2023
More about this picture

ISBN 978-2-37747-426-4

Ce numéro de Gaia est consacré principalement à un dossier destiné à faire dialoguer des spécialistes de la poésie archaïque et des historiens de la pensée dite présocratique. Les articles rassemblés, écrits par P. Brillet‑Dubois, G. Cursaru, B. Folit‑Weinberg, F. Létoublon, A. Macé et É. Ménard, témoignent d’une part de la cristallisation du concept d’« être », dont on perçoit les prémisses chez Homère avant que Parménide ne forge un nom pour le désigner, et de l’importance des images, vecteurs sensibles de la pensée conceptuelle, chez des poètes-penseurs comme Hésiode et des penseurs-poètes comme Parménide et Empédocle. Ils montrent la continuité culturelle qui existe entre des poètes qui interrogent très consciemment le rapport entre le langage et le monde et des philosophes qui s’expriment dans une langue poétique, tout en soulignant la façon dont Parménide et Empédocle rompent avec la tradition pour affirmer leur projet singulier. Le numéro contient également un article synthétique de M. Briand sur la choralité dans les Olympiques de Pindare.

Modes d'appropriation des poèmes homériques

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search